Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

VIVE LA QUILLE

 

Prétentieux voilier arborant mât comme membre viril en érection vers le ciel dont il semble vouloir percer l’hymen. Phallus arrogant qui s’expose aux regards et en jouit. Orgueilleux totem à une, deux, trois, voire quatre barres de flèches, dont l’ego du capitaine se mesure à sa démesure. Qui es-tu ? Pour qui te prends-tu ? A quoi sers-tu, sinon à maintenir les voiles. Sans elles, tu n’es rien, inutile, absurde, futile, stérile. Arrête de te pavaner roulant d’un bord sur l’autre ta mâture comme hanches de putains voulant appâter tous les regards. Lorsque les voiles sont hissées, tu n’existes plus, tu t’évanouis, disparais de notre vue, tu redeviens poteau. Aux voiles toutes les œillades, tous les regards de convoitise et d’admiration, à elles tous les honneurs gonflées d’orgueil et de vent. Ce vent qui les froisse, les maltraite, formant des faux plis qui naissent et meurent aussitôt repassés par une risée plus forte. La trame du tissu s’étire, se rétracte, s’allonge encore sans jamais céder. Résister, toujours résister à la pression du vent, ne laisser filtrer qu’une infime partie de celui-ci pour qu’elle n’explose pas, ne laisser tamiser que l’excédent, tout le reste de l’intrados à l’extrados mobilisé, pour la propulsion. Tout ceci ne sert à rien s’il n’y avait une autre voile à l’opposé, celle-ci ne filtre rien, celle-ci est dense, compacte, n’est point de toile mais de bois, d’aluminium, de composite, de fer, voire de titane. Celle-ci n’est point exposée aux regards, ni au vent, ni au rayon du soleil. Elle baigne dans les ténèbres, trempe dans la froidure, marine dans la saumure. On ne s’y intéresse pas, ne la photographie pas, ne la dessine ni ne la peint, ignorée, délaissée, négligée, la quille n’a pas d’admirateur. Qu’elle vienne à casser, c’est pourtant la déroute. Quille ou dérive permet au voilier de remonter dans le lit du vent en s’appuyant sur l’eau comme les voiles. Tout est interdépendant. Belle leçon nous est donnée, nous avons besoin de toutes et de tous. Les vaniteux, aussi, ont besoin des plus petits, des insignifiants, des sans grade. Méditez messieurs les politiques, messieurs les décideurs et autres dirigeants au sommet de la pyramide. Méditez car si l’ignoré se réveillait !

 

 

 

               VIVE LA QUILLE
               VIVE LA QUILLE
               VIVE LA QUILLE
               VIVE LA QUILLE
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 01/10/2019 11:58

N'ai-je point reconnu les quilles de Goustadik ?
Alors, êtes-vous toujours à Sauzon ou avez-vous regagné l'abri sûr de Redon ,
Bises à vous deux et à très bientôt
Martine