Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mystères de la beauté

Comme les araignées nous avons tissé notre toile, beaucoup plus irrégulièrement, certes, mais toute aussi délicate et fragile. Sillon tressé fébrilement au départ de Belle-île en passant par la Baltique, avec un hivernage en Suède qui nous a préparé au Cap Nord où nous avons passé un autre hiver dépaysant. Fil de soie invisible à la surface de la mer, qui ne peut en aucun cas servir de fil d’Ariane, aussitôt dissipé, tout est impermanent, évoquant la fragilité de nos certitudes. De retour dans le giron qui nous a vu naître, nous redécouvrons des paysages oubliés, une nature luxuriante, des levers de soleil régénérateur, des couchants distillant la sérénité. Nous n’avons aucune envie de retourner en appartement, c’est pourquoi nous prolongeons notre séjour à bord de Gwenn Ha Du, en hivernant à Redon. C’est un choix qui peut surprendre et qui, je le confirme surprend mais c’est notre choix, quel bonheur d’avoir le choix. Nous avons visité notre fille qui, elle aussi a fait un choix, celui de vivre en « minimaliste » à la campagne, entourée de champs ainsi que du chant des poules et oiseaux, de chênes, de châtaigniers, et de quelques voisins par trop curieux ; rendez vous compte une femme sur des terres agricoles, ce n’est pas la norme. Il pleut, sa maison suinte de tous ses pores. Les gouttières ont bien du mal à avaler toute cette eau qui s’est donnée rendez vous là, comme pour une réunion, un colloque de gouttes d’eau pour déterminer les prochains arrosages, où, quand, combien ? Les ruisseaux sont pleins, fraîchement curés ils glougloutent de plaisir. Les poules sont moins satisfaites, se réfugiant sous les hangars. Les oies dédaignent ces ondées qui n’ont pas l’air de les concerner. Imperturbables, elles déambulent lourdement d’une patte sur l’autre, le cou levé, l’œil scrutateur, l’eau glisse sur leurs plumes comme la médisance. Elles en ont cure, elles ont à manger, sont en liberté et savent qu’elles ne finiront pas au four à thanksgiving et vieilliront paisiblement où elles sont nées. Après la pluie, le soleil comme un buvard absorbe tout jusqu'à la prochaine ondée.  Trois ans d’absence et nous avons hâte de revoir Chloko, bientôt, bientôt ! Trois ans d’absence et nous avons été agréablement surpris par les progrès de l’écologie. Les sacs plastiques remplacés par du papier ou du biodégradable. De jeunes couples et, des moins jeunes venir avec leurs cabas en tissus, leurs contenants en verres pour acheter en vrac, pèle-mêle, sans emballage et les nombreuses associations oeuvrant dans ce sens. Le pays Redonnais paraît très engagé dans la lutte pour la protection de la nature. C’est encourageant car, que de beauté en ce monde à portée des yeux et gratuit. Que d’abondance souvent ignorée au profit de technologies envahissantes. Tout l'univers, qu’il soit minéral, animal, floral, tout est très beau. Pourquoi trouve-t-on beau, le ciel, les étoiles, la mer, la campagne, les montagnes, les fleurs, tous les animaux même les crapauds. Qu'est-ce qui fait qu'on s'émerveille d'un lever, d’un coucher du soleil, d’un papillon ou d'une baleine, d'un nouveau-né ou d'une personne âgée. Pourquoi, dans une raie de lumière sommes-nous absorbés par ces particules en suspension, captivés par une flamme ou par l’eau qui peut devenir dure comme roc. Tout, nous paraît beau et tout est beauté. Tous, pour peu que l’on prenne le temps de regarder, trouvons de la beauté au monde. Pourquoi cette unanimité ? Nous sommes beaucoup plus circonspects en ce qui concerne les réalisations humaines. Certaines musiques émeuvent jusqu'aux larmes mais tout le monde n'est pas ému, certains préfèrent pleurer sur une autre tonalité. La poésie, bien qu'inspirée par la beauté ne touche pas tous les coeurs. Il en est de même pour tous les arts. Alors, pourquoi cette unanimité envers l'univers. Qu'est-ce qui fait la différence, il est pourtant loin d'être parfait, ce peut même être le chaos, les tempêtes, tremblements de terre, éruptions volcaniques, avalanches causent bien des effrois et pourtant, même cela nous le trouvons beau. Mystère !

 

 

              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
              Mystères de la beauté
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 09/11/2019 18:36

Alors comment se passe la vie à Redon ? J'espère que vous n'êtes pas noyés ! Chez nous la prairie s'est transformée en marécage mais, on reste bien au sec devant un joli feu dans notre poêle. Et, entre deux averses, Gégé s'occupe de Goustadik qui se refait une beauté. On part le 19 décembre au Canada pour 3 semaines. J'espère vous voir bientôt.
Gros bisous
Martine

LE PORT daniel et françoise 08/11/2019 18:57

coucou,
quel plaisir de lire ces beaux textes : bientôt un livre sur ces récits de voyages ?
partons ce Week end sur QUINTIN (chanteurs de rue) avec les accordéons….