Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Terrifiant !!! Nous n’avons rien à raconter.

Comment rien à raconter !

Nous avons pourtant fait quelques milles, longé la Grande Bretagne, la Belgique, les Pays-Bas, l’Allemagne, le Danemark et nous voici en Suède à la frontière de la Norvège et nous n’avons rien à dire !!!!

Pas vraiment rien mais si peu.

Rassurez-vous, nous connaissons les causes profondes de notre mal.

Nous allons vous le confier mais à vous seulement.

Nous avons la nostalgie de l’Irlande et dans une moindre mesure de la Grande Bretagne et de l’Ecosse.

Voilà tout est dit. Mais nous sommes plein d’espoir, la Norvège n’est plus qu’à quelques milles et l’avenir paraît radieux, froid (12° dans le bateau ce matin 15 août), mais radieux.

Finalement aujourd’hui 23 août, nous sommes à Oslo. Nous n’avons pas eu de connexion suffisante pour mettre à jour le blog.

Nous en étions après le canal de Kiel, l’entrée dans la Baltique, nous en avions rêvée et nous avons été déstabilisés.

Par la mer d’abord.

Pas de marée ou si peu, 30 centimètres de marnage, donc pas de pêche à pied et le beachage dans une baie impossible.

De merveilleuses criques à foison, totalement inaccessibles même pour un freely et ses 30 cm de tirant d’eau.

Pas d’eau ou si peu, 2 m voire 1,50 m n’est pas l’exception et ceci dans des endroits balisés.

Pas de poissons.

Pas de vagues, justes des vaguelettes très courtes et des moutons.

Pas de houle, plutôt bien pour le mal de mer mais à vrai dire fade comme l’eau qui n’a pas la même salinité que chez nous et n’est cependant pas douce.

Les paysages sont pourtant jolis mais nous n’avons pas su les apprécier.

Cependant, Copenhague ne nous a pas laissés insensibles.

Nous avons même beaucoup apprécié la ville « particulièrement la communauté Christiania »

La Suède nous plaît déjà beaucoup mieux, les paysages y sont splendides, les cabanes et les maisons en bois, souvent construites au bord et même débordant sur l’eau avec des pilotis, le moindre recoin de la côte est une opportunité pour y placer un ponton pour les bateaux et les inévitables cabanons souvent de couleur ocre.

Tout, absolument tout, est utilisé pour l’été et le sport national semble être la bronzette, que ce soit sur un banc, un fauteuil, un transat, sur le pont des bateaux petits et grands et même à même le rocher, tout est prétexte à lézarder des heures durant, probablement le cruel manque de soleil le reste de l’année.

Nous ne savons pas encore où nous passerons l’hiver.

La suite de notre périple en images.

Anne sur une ancre

Anne sur une ancre

Pas assez d'eau pour nager.

Pas assez d'eau pour nager.

Très découpée, la côte.

Très découpée, la côte.

Copenhague.

Copenhague.

Le soleil est là mais la lune n'y est pas.

Le soleil est là mais la lune n'y est pas.

Too big.

Too big.

Où est le catway? Comment s'amarre-t'on?

Où est le catway? Comment s'amarre-t'on?

Turning Torso.
Turning Torso.

Turning Torso.

Pilotis
Pilotis
Pilotis

Pilotis

C'est le printemps!

C'est le printemps!

Ne pas perdre le nord.

Ne pas perdre le nord.

Srtömstad, un pêcheur nous offre 800g de crevettes.

Srtömstad, un pêcheur nous offre 800g de crevettes.

Abri dans la campagne.

Abri dans la campagne.

Gustav et Morten.

Gustav et Morten.

Réalésage de l'arbre de transmission par Stephen.

Réalésage de l'arbre de transmission par Stephen.

Mouillage forain.

Mouillage forain.

Finissons par une note d'espérance.

Finissons par une note d'espérance.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article