Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Neige à Hammerfest, soleil à Belfast.

                 

Il neige à Hammerfest, le soleil brille à Belfast.

Nos deux vélos ont sombré dans les eaux du port d'Hammerfest, jetés pour le fun, par des ados désoeuvrés. Nous récupérons dans la marina de Belfast, deux bicyclettes passablement rouillées qui auraient fini à la déchetterie, données par une équipe fort sympathique du port.

 

Après quelques bricolages, une seule des deux sera sauvée.

 

Nous avons découvert un très beau parc "Victoria" à vingt minutes de marche. La nature nous manque un peu.

 

 

Cependant, il y a tant à découvrir à Belfast.

Nous commençons à bien connaître son centre très animé avec ses multiples Pub's, ses shops et ses musiciens de rues.

La périphérie est toute aussi exaltante ! Nous passons d'un quartier à l'autre, les murs séparant les enclaves nationalistes Irlandaises et loyalistes sont désormais ouverts. Le malaise n'en est pas moins prégnant. Nous, nous sentons oppressés dans ces quartiers sous haute surveillance où tout est barricadé. Pas un mur sans fil de fer barbelé, pas de jardin sans sa palissade et les multiples caméras de surveillance. On y ressent une réelle misère sociale. Engagés dans certaines parties de la ville nous ne retrouvons que difficilement la sortie. Des pâtés de maisons entiers sont cernés de grilles avec souvent une seule entrée et sortie. On se croît dans un labyrinthe seulement là, ce n'est pas un jeu.

Le contraste avec la Scandinavie est énorme. Là-bas où les barrières n'existent que pour contenir les rennes, où tout est ouvert à tous et à chacun. On y vit replié chez soi dans le confort du "cocooning".

Ici, on vit replié chez soi avec la hantise d'un renouveau de violence. Rien, n'est fini, rien n'est enterré.

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article