Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les marins pêcheurs sont des stars.

 

 

 

            En Bretagne mais aussi ailleurs, les touristes aiment à regarder les marins pêcheurs. Métier difficile  et dangereux qui laisse songeur le terrien. Que pourrait bien penser un maçon au pied de ses            fondations si une dizaine voire plus de badauds le regardaient monter son mur.

 - Ben ! Qu'est-ce qu'ils ont.

Il en tirerait peut-être de la fierté, de sa massette retoucherait l’aplomb plus de fois que nécessaire mais ce qui est sûr, c’est que très rapidement cela le gaverait grave.

Indubitablement, c’est ce qui est arrivé à nos pêcheurs bretons.

Ici, dans le nord de la Norvège, peu ou pas de touristes à dévisager les pêcheurs, à leur regarder sous le nez. Du coup ils sont beaucoup moins sauvages et apparemment aiment les plaisanciers car il faut bien noter qu'une grande quantité de nos rencontres sont des marins pêcheurs.

Ces quelques réflexions m’amènent à vous parler d'un bateau de pêche venu se réfugier dans le port d’Hammerfest.               

           En bon touriste, nous sommes allés le voir et le mitrailler de toutes parts.

Ils nous ont expliqué avec force détails, accompagné d’une gestuelle appropriée, que le mauvais temps les avait surpris, qu’il fallait casser la glace qui alourdissait le bateau et le rendait instable. Un mauvais coup de vent de suet, levant une vague courte et creuse par le travers, le bateau plongeant, donnant de la bande. Les gifles et taloches successives de la mer et du vent mordaient les superstructures, timonerie et apparaux. Le froid compactait toutes ces projections en cristaux adhésifs, le coiffant d’abord d’une résille puis d’une capuche enfin d’un casque dur, ensevelissant le navire entier à l’exception d’une meurtrière que l’essuie glace a pu maintenir. Ce n’était plus qu’un rôti dans sa barde.

À l'aide de maillets en plastique de la taille d'une masse ils ont ôté le surplus de glace et repris la mer.

Nul doute, qu’en mangeant un cabillaud, nous ne le regardions du même œil.

 

        

 

 

 

 

                     http://www.annejp.com/2018/01/livres-0.html

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Régis LESAGE 08/02/2018 21:55

Alors, ça y est, vous êtes repartis dans votre glacière ?
Amitiés chaleureuses, pour compenser la froidure.
Et grosses bises,
Régis