Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Rieuse.

Il pleut des chiens et des chats comme disent les Anglais. Sur le roof, ça aboie, miaule, hulule de façon continue. Saccadé par le flux du vent un rythme s'en dégage que j'essaie d'analyser. Peine perdue, pas de cadence marquée. Plutôt une sorte d'anarchie comme les flammes d'un feu de cheminée. N'y tenant plus je me lève. La nuit est noire malgré l'éclairage public. Je perçois juste une silhouette blanche comme une colombe. Silhouette immobile sous la pluie. Seul signe apparent de vie, un point noir, son œil tel un phare occultant apparaît à intervalle scrutant un éventuel prédateur.

C'est une mouette rieuse et pourtant elle n'a pas le sourire. Face à elle, dans mon habit d'Adam, mes rares poils restants d'une époque révolue se dressent pour me protéger du froid, me rappelant mes origines. On appelle cela, la chair de poule. Bien avant d'avoir des poils, nous étions vêtus de plumes, plus avant encore d'écailles et en toute probabilité nous étions végétaux et algues au tout commencement.

Je la vois tout le jour, chassant les éperlans du bord du ponton. Elle surveille la surface de l'eau et plonge dès qu'elle voit une brillance, un miroitement. Elle revient souvent avec un minuscule poisson long comme une allumette et guère plus gros. Elle s'en nourrit au détriment d'un plus petit qu’elle, ainsi va la vie.

Pendant que je l'observe, je me demande ce que nous deviendrons dans le futur. Réussirons nous à nous extirper du bourbier où nous nous enlisons. Sortirons-nous vainqueurs de la pollution que nous avons créée, le béton, le nucléaire, le phytosanitaire. Les MacDo et autres "burger's" parachèveront-ils l'œuvre commencée avec la perte de nos dents de sagesse, perdrons-nous aussi les autres et pourquoi pas nos lèvres remplacées par un bec plus performant pour attraper les frites. Notre cerveau lavé par la publicité et par la pensée unique ne reviendra-t-il pas à l'état de ce volatile.

Je replongeai bien vite sous ma couette en plume synthétique me rendormant en songeant à des jours meilleurs.

 

 

                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
                         Rieuse.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article