Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Silence

 

Silence, nom patronymique de ce plan Fife de l’année 1964. Excellemment bien conservé et entretenu par Carol et Richard de Woodview, pour coudoyer le monde du silence.

 

Il fait nuit encore lorsque je m’éveille.

Tout est calme et silencieux.

J'écoute, je goûte.

Je me lève à pas de loup, Anne dort.

Je sais où le parquet craque.

J'évite cette lame grincheuse.

Je ne veux point la déranger.

Si je ne l’évite, elle grommelle.

Anne dort.

Pas de vent, pas une ride, pas un son, quiétude.

Bruit de ruisseau, l'eau coule de la bouilloire dans mon bol.

Le micro-ondes vrombit et vient gâcher la sérénité.

Je ne lui en tiens pas rigueur, j'en suis l'auteur.

Nous sommes toujours les responsables de nos actes.

J'entame allègrement une tartine avec un voile de beurre.

C'est le chaos, bruit de succion et de mastication, frappe marteau et enclume.

Les tympans vibrent, on ne s'entend plus.

Le silence revient plus puissant me paraît-t-il.

Le bruit fait ressentir plus puissamment le silence.

C'est ainsi, le jour appelle la nuit, le bruit le silence.

Le bruit est partout, la mer, le vent, un chant d'oiseau.

La musique, un poème déclamé on s'écrira que c'est beau.

Un camion qui passe, on se sent agressé.

Pourtant, le ressac de la mer développe les mêmes décibels.

Le silence est une denrée rare.

Il a sa place dans l'écologie, qui s'en soucie.

Les marchands de bonheur.

- Mme, pour vous le compagnon idéal, vous n'entendrez pas ce réfrigérateur.

- Mme, ce robot se fera aussi silencieux que possible. Classe A++.

Les femmes seraient-elles plus sensibles au bruit.

Nulle publicité pour les maris bricoleurs.

Il n'ont que faire du silence et des A ou B ++.

Le sifflement, le fracas des outils les confortent dans leur virilité.

- Sommes pas des fillettes, nous.

- Le calme, silence, méditation, n'est point pour nous.

Peut-être, quelques dégénérés sentant leur féminité, s'y adonnent-ils.

Dans la vie de chaque jour, on oublie le silence.

On l'oblitère, on lui coupe le sifflet.

Le réveille-matin stridule ou diffuse de tristes informations.

Sitôt levé, la radio, quand ce n'est pas la télé, est allumée.

Bruit et mauvaises nouvelles conditionnent notre journée.

De silence, aucun, ferait-il peur.

Peur de se retrouver avec soi-même.

Peur de découvrir nos fragilités, nos insuffisances.

Peur de la réalité, comme l'autruche, sa tête enterrée.

C'est de silence et de pleine conscience que nous avons besoin.

Le silence appelle le recueillement, la méditation.

Simple silence devant l’univers.

Le silence comme une confidence.

Celui qui prête l’oreille entend ces confidences.

Le silence peut être effrayant.

Ces anciens amants qui n’ont plus rien à se dire.

Réduire au silence ces adversaires.

La loi du silence, la censure.

Ce n’est point de ces silences que je parle.

 

Le poète, Claude Vigée dit :

Il existe en nous un bon et un mauvais silence. Le bon silence, c’est celui de l’écoute, de l’ouverture de l’âme à l’art, à la lumière, à la parole.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article