Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.

 

Il ne s'agit pas de la crête ou du creux de la vague, simplement de l'agréable ou du fâcheux, les deux pouvant se côtoyer dans une même journée. Mouillé dans une baie au sud de l’Irlande. Un très beau mouillage grand ouvert au midi, le vent est nord. Il est aisé d’imaginer la longue houle née de l’atlantique, s’engouffrer pour venir mourir après maints soubresauts pour s’échapper de la nasse que forme Oyster Haven. Il est facile d’y voir le tumulte provoqué, l’inclinaison des arbres parle d’eux-mêmes. Assoupie par vent d’est, à peine ridée par celui du nord, lascive quant l’ouest s’époumone, cette baie, c’est tout ou rien, un peu comme Anne, pas de demi teinte, du ha gwenn (noir et blanc) ne se mélange pas. Habituellement nous ne prenons pas le hors bord pour descendre à terre, ramer étant un bon exercice lorsque celui-ci est volontaire, cependant le vent rafale, nous aurions trop peiné. Parti en bottes pour accoster, JP oublie ses chaussures de marche et très rapidement traîne la savate, ampoule en formation, fait demi-tour tandis qu'Anne continue seule. Deux bancs de marbre accueillants face à la baie, dont un habité par une femme lisant des journaux. JP prend le second, non, sans avoir salué sa voisine, la conversation s'engage. A son retour, Anne nous surprend en pleine discussion, présentation faite, Mary s'excuse mais doit nous quitter. Trois minutes plus tard, elle réapparaît tenant dans ses mains un thermos, un pot de yaourt contenant des sachets de thé, une petite bouteille de lait et un grand mazagran, le tout en verre, plastique prohibé et enfin un scone fait maison. Elle nous dit de déposer le tout sur la murette avant notre départ, qu'elle reviendra, ultérieurement, les récupérer. Incroyables Irlandais, comment ne pas les aimer. Thé dégusté et scone savouré, un gros cumulo-nimbus en formation nous incite à retourner au bateau. C’est un peu tard, ça souffle dur, GHD gîte, tire sur son ancre et commence à chasser, nous tirons dur nous aussi, malgré le moteur, contre le vent et le clapot. Ça souffle dur au point de retourner notre annexe sens dessus dessous, moteur dans l'eau, (ça aussi c’est une première) juste après avoir atteint GHD et en être descendus. Nous chassons sur l’ancre, c’est incontestable, nous allons flirter avec les hauts fonds si nous ne réagissons pas. Tout le monde à la manœuvre sous les rafales et la pluie. Première fois que nous chassons avec notre Kobra (ancre) de 25 KG, qui fidèle, nous assure depuis 8 ans. Elle n'est pas en cause, plutôt la fourchée d'algue mélangée de vase agglutinée dont elle s’est chapeautée et que nous avons eu bien du mal à décoiffer. Cinq milles plus loin amarré au ponton de Castle marina à Kinsale, nous rinçons et dessalons au jet d’eau le moteur, démontage lanceur, filtre à air, carburateur, vidange du réservoir et du cylindre 4 cv, graissage copieux, remontage. Il ronronne de nouveau notre Yamaha, la balnéothérapie semble lui réussir. Au lit, la journée fut et ne sera plus. Que sera demain ?

Mary, if you read us, send us a note

             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
             Les hauts et les bas d'une journée sur GHD.
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Le meilleur ou le pire, n'y pensons pas, vivons l'instant. <br /> Salut à toi Marcel. Anne et jp
Répondre
M
demain sera délicieux puisque, bien sur le meilleur est à venir...
Répondre