Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Que pouvez-vous bien faire l’hiver ?

Tous les jours, levé à six heures et n’ai point le temps de tout faire.

Mais qu’est ce que faire ? Et défaire est ce faire ?

Est-ce que contempler est faire ?

Peut-être faisons-nous plus en contemplant qu’en faisant.

Du moins pendant ce temps, on ne défait pas, on ne détruit rien.

Soyons fair-play.

On peut faire du bien, faire un cadeau.

On peut se faire du souci tout en faisant de son mieux.

On peut faire son devoir et faire des erreurs.

On peut faire son lit, faire ses chaussures, et s’faire la malle.

Et pourquoi ne pas se faire envie.

Il n’y a pas de mal à se faire du bien.

On peut avoir fort à faire.

On peut n’avoir rien à faire.

Chacun vaque à ses petites affaires.

On peut se faire vieux.

Puis faire le mort.

C’en est fait, c’est fini.

Voyez tout ce qu’on peut faire, défaire ou ne pas faire, cela demande du temps.

 

Faire et défaire c’est travailler, parlons-en.

Souvent je dis, je travaille, il n’en est rien.

Le travail est un instrument de torture construit de trois pieux « trepalium »

L’accouchement est travail.

Le bois travaille, en fermentant le vin aussi.

On fait le travail d’un deuil.

Les ouvriers travaillent et n’en vivent pas toujours.

Le camp de travail, les travaux forcés.

La fièvre du travail.

Le travail demande trop de peine, je n’aime pas les peines.

Je ne travaille pas, je fais, défais, refais, vieillis.

A la rigueur, je veux bien être inspecteur des travaux finis.

 

Bientôt, vous recevrez mon faire-part. J

 

 

 

 

 

 

 

Des Camarétois de Camaret sur le Gwenn Ha Du et Lévi d'Hammerfest.
Des Camarétois de Camaret sur le Gwenn Ha Du et Lévi d'Hammerfest.

Des Camarétois de Camaret sur le Gwenn Ha Du et Lévi d'Hammerfest.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article