Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mon oeil

Je lis, je lis, je lis trop, je lis mal. Je parcours mes livres à trop grandes enjambées. Il y a longtemps que j’en suis conscient, je persiste. Il y a tant de livres, je suis tellement pauvre. Je voudrais m’enrichir, coûte que coûte, voudrais remplir ma tirelire, je suis cupide, rapace, plus j’ai lu, plus j’en veux. Lire, lire même mal mais lire. Je fais une addiction aux livres. Sitôt fini, j’en rallume un autre, le premier n’est pas avalé que j’en reprends un. Un pour la route, un pour ne pas partir sur une patte, puis encore un autre pour ne pas partir sur trois, et puis pourquoi pas encore un, le dernier ! Jusqu’à avoir ma dose, jusqu’à l’étourdissement. Je m’étourdis dans la lecture, je me saoule depuis qu’un e-book et sa multitude de livres sont à ma merci. Celui-ci ne répond pas à mes attentes, je l’invective, je tempête quand je sollicite le titre et qu’elle ne me le donne pas, quand je veux revenir en arrière et qu’elle ne veut rien savoir, que je voudrais retrouver ma page perdue et ne la retrouve qu’après maintes manipulations. A l’heure de l’informatique, je me demande si l’on ne se moque pas des lecteurs, c’est si peu au point, si peu abouti que bien souvent je voudrais le passer par-dessus bord.  Amour, haine, c’est malgré tout un outil dont je ne veux plus me passer, ne peux plus me débarrasser, je suis piégé, tout comme l’alcoolique, ne m’en aperçois pas. Pourtant, il y a des avertisseurs, le buveur titube, parfois vomi. Le fumeur tousse, sa voix se casse, parfois il crache. Le junkee a dépassé tout cela, il est bien au-delà. Mes avertisseurs clignotent depuis quelques temps, clignotent de plus en plus au fil du temps. C’est l’âge dis-je, préférant le faire passer pour un signe du temps. C’est pratique l’âge, ça a bon dos, je n’en continue pas moins. Je lutte comme tout accroc, j’évince, j’écarte, je m’obstine, c’est beau la persévérance. Comme des papillons mes paupières cillent démesurément, comme des ailes de moulin tournent, tournent pour irriguer, lubrifier mes yeux rougis, tout desséchés. J’ai trop pompé, trop arrosé, comportement typiquement humain. La nuit n’y suffit plus pour réhydrater, j’ai les yeux lyophilisés. Je frotte, je masse, je frictionne et reprends un livre. Mais alors, pourquoi cette dissertation ? Tu es conscient et pourtant tu persistes, c’est de l’inconscience. Ne plus pouvoir lire ne t’épouvante-t-il pas ? Les warnings ont beau clignoté, ce n’est point ça qui me fera arrêter. Non, c’est la méditation que je pratique les yeux fermés. La méditation, qui m’a ouvert les yeux sur mon milieu, sur mon style de vie. La méditation, dénichée dans une lecture. Nous y revoilà, lire, mais lire, peut-il suffire ? Dans mes lectures sur la méditation, j’ai appris qu’il fallait constater, expérimenter. Je me suis engagé sur ce chemin sans savoir ou cela me conduira, juste pour voir, comme un voyage. Je vais continuer à lire, mais mieux lire. Lire à petits pas, lire comme on chemine en s’arrêtant, en admirant. Lire moins, moins vite et puis relire, lire comme manger, sans abuser. De toute façon, je n’arriverais pas à tout lire, je ne m’en étais encore jamais douté, il était temps. Merci à toutes mes lectures et à certains auteurs.

 

 

Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page ou une variante... La vie est un livre. Si on ne voyage pas, on n'en écrit qu'une page ou encore une autre…Le monde est un livre dont chaque pas nous ouvre une page.
L'important c'est de n'être que de passage.

(E. Dabit)

 

                       Mon oeil
                       Mon oeil
                       Mon oeil
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je vois que la lecture a fait son plein. Il faudrait peut-être passer sérieusement à l'écriture, si cela n'a pas déjà été fait . je vous imagine écrivain. L'êtes vous déjà ? Le repos c'est bien aussi (surtout quand on est fatigué...).
Répondre